JEAN LAMBERT-WILD - SCÉNOGRAPHIE ET COSTUMES

Pour Jean Lambert-wild, le théâtre est par essence un art multi « médium »,le lieu où les signes de toutes les disciplines peuvent s’exprimer et faire sens. Il constitue pour chacun de ses projets un phalanstère de création en convoquant autour de lui des identités fortes et diverses dont les rencontres bouleversent les codes de narration et de représentation. Il place au cœur de ses créations la mise en réseau de compétences artistiques, techniques, scientifiques ou universitaires afin d’explorer de nouvelles perspectives pour le théâtre et l’écriture scénique.

Avec Grande Lessive de printemps en 1990, il entame la construction de son Hypogée, œuvre complexe, à l’échelle d’une vie, qu’il écrit et dirige sur scène. L’Hypogée se compose de trois Confessions, trois Mélopées, trois Épopées, deux Exclusions, un Dithyrambe et 326 Calentures. Au fil des ans et des œuvres, il constitue ainsi une autobiographie fantasmée au travers de son travail pour la scène : l’Ecmnésie, et des Calentures. Ces dernières, petites formes performatives (de 15 à 45 minutes), interrogent l’espace théâtral. L’illusion et la magie y tiennent une place importante. Elles sont les fureurs poétiques que traverse son clown en pyjama rayé.

En 1999, son spectacle Splendeur et Lassitude du Capitaine Marion Déperrier - Épopée en deux Époques et une Rupture marque le début d’une longue collaboration avec Henri Taquet et le Granit-scène nationale de Belfort, où il est artiste associé de 2000 à 2006. Pour développer son projet, il fonde avec le compositeur Jean-Luc Therminarias la Coopérative 326 dont il est le directeur artistique jusqu’en 2006. Depuis 2007, Jean Lambert-wild dirige la Comédie de Caen-Centre Dramatique National de Normandie. Centre de création et de production, la Comédie de Caen crée et diffuse des spectacles au rayonnement national et international, et accompagne au travers de son projet artistique des compagnies théâtrales indépendantes françaises et étrangères.

Ses origines créoles, ses nombreux voyages en Europe, en Afrique, en Amérique et en Asie ont dessiné et nourri plusieurs de ses projets (résidences, étapes de travail, invitations dans des festivals ou théâtres en Norvège, Hongrie, Danemark, Italie, Allemagne, Belgique, Suisse, aux Etats-Unis, au Canada, au Brésil, en Corée du Sud, au Japon, en Chine…).

Créateur prolifique, Jean Lambert-wild continue son exploration poétique à la Comédie de Caen, au travers de créations et de rencontres qui redessinent à chaque fois un peu plus les contours d’un art théâtral affranchi de complaisance. Que ce soit avec War Sweet War, qu’il chorégraphie avec le danseur Juha Marsalo, Comment ai-je pu tenir là-dedans ? et Mon amoureux noueux pommier, co-signés entre autres par le dessinateur Stéphane Blanquet et le vidéaste François Royet, L’Ombelle du trépassé, où il collabore avec le chanteur breton Yann-Fañch Kemener, ou bien encore Le Recours aux forêts et La Sagesse des abeilles avec le philosophe Michel Onfray, créations dont les lumières sont signées Renaud Lagier, il s’efforce avec ses collaborateurs de bâtir un théâtre qui soit la somme d’efforts mis en commun pour dire quelque chose du monde, et mettre en pratique une façon de travailler et d’exister ensemble.