AlterEgo - Haïku et le geste
L’énergie du Haïku : Le Haïku est un noyau poétique abstrait où énergie et sagesse, regard et réceptivité fusionnent dans un état de contemplation et de justesse. Ses règles d’écriture, définies depuis le XVIIe siècle par le Maître japonais Bashô, conjuguent rigueur et liberté d’expression tout en gardant un rythme immuable de 17 pieds en 3 vers (5-7-5). Le Haïku est aux antipodes du futile et du pompeux. Il propose à celui qui veut l’entendre un chemin dépouillé du verbiage, où l’intuition peut servir de guide, mais il offre aussi une source, un « stimulus sonore » dont l’élan peut générer des nouveaux espaces ou expressions artistiques. C’est le Haïku en tant que source d’énergie créatrice qui a réuni les artistes du projet AlterEgo 2004 .

Le geste artistique : Le Geste, du latin gestus, désigne un mouvement du corps. Ce mouvement physique a d’abord un mécanisme intellectuel et réfléchi, donc volontaire. Il inclut les notions du temps et de l’espace. Le Geste a de multiples implications sociales, mais dans le projet ]ALTEREGO[ il prend une place essentielle, celle de lien humain et visuel entre l’inspiration, la poésie et la réalisation, l’exécution, l’accomplissement de l’œuvre artistique.
L’art contemporain accorde une existence nouvelle au corps dans le contexte artistique. La relation Geste – œuvre artistique produite interroge régulièrement les artistes sur le son et sa qualité, sur la notion d’espace, de la lumière, de la place du public. La rencontre : Pour ce deuxième projet ]ALTEREGO[, la rencontre a lieu entre le compositeur Jean-Boris Voïnovitch, le Maître calligraphe Shingai Tanaka, le chorégraphe Bertrand Lombard et la pianiste Victoria Harmandjieva, installée à Vevey. Le thème de leur rencontre est la matière poétique du Haïku comme énergie motrice qui à travers le geste se transforme en œuvre artistique : Jean-Boris Voïnovitch en composant un cycle de 62 miniatures musicales pour piano, écrites en écho des Haïkus choisis (Bashô, Shiki, Buson, Koyù-Ni, Hôcha etc.), Victoria Harmandjieva en interprétant 16 de ces miniatures. Maître Shingai Tanaka en faisant quatre calligraphies en étroite liaison avec les Haïkus et les 16 miniatures musicales. Bertrand Lombard en réalisant quatre moments chorégraphiques en écho des Haïkus et les 16 miniatures musicales.