ADALBERTO MECARELLI - PLASTICIEN

Adalberto Mecarelli est né à Terni, en Ombrie le 25 janvier 1946. Il est titulaire d’un diplôme de grand maître fondeur de l’Institut d’Art de sa ville natale, puis il suit des cours de peinture à l’Académie des beaux-arts de Rome.

En 1968, alors que son œuvre est déjà remarquée, il s’installe à Paris. C’est une année faste sur le plan politique et artistique. L’intérêt pour la sociologie et les cours qu’Adalberto Meacarelli suit à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes jusqu’en 1970, confirment sa volonté de mener sa réflexion encore plus loin.

Dès 1973, il engage son travail de sculpteur dans une expérimentation plastique qui fera de la lumière le point central de sa recherche. Il est fasciné par le double aspect de cette matière, à la fois matériau façonnable et élément éclairant. Son œuvre, d’une géométrie à l’esthétique rigoureuse, se traduira dès lors par des projections lumineuses in situ. Le dialogue avec l’architecture et le paysage urbain sera l’élément moteur à partir duquel vont naître des formes lumineuses qui tout en éclairant l’espace, en prolongent les possibilités plastiques et le sens esthétique.

Parallèlement, entre 1983 et 1985, il développe ses premiers travaux d’images de synthèse, une recherche sur la création assistée par ordinateur qu’il poursuivra aux Etats-Unis et au Japon jusqu’en 1985. Cette période s’achèvera avec ses premiers voyages en Inde où il se rendra pour étudier les 5 observatoires astronomiques de Jaipur bâtis au 18e siècle par le maharajah Jai Singh II.

Dans les œuvres de Mecarelli, le jeu de l’ombre et de la lumière, du vide et du plein, du noir et du blanc amène physiquement le spectateur dans l’espace de l’oeuvre. C’est un travail qui ouvre des passages au travers desquels le visiteur découvre parfois une plasticité à l’esthétique insoupçonnée. Une de ses dernières réalisations a eu lieu pendant la Nuit Blanche 2012 à Paris, le 6 octobre dernier. Entre la tombée de la nuit et la naissance du jour suivant, un demi-cercle de lumière avait été projeté sur le toit de l’église Saint-Eustache. Entre décembre 2012 et avril 2013, Adalberto Mecarelli expose son travail « Passages » au Musée National des Beaux Arts de Rennes.

Son œuvre tient sa consistance d’une part de son expression physique, c’est-à-dire l’expression de la lumière dans son rapport dialectique avec l’ombre et d’autre part de la construction qu’elle compose avec les éléments constitutifs, au sens le plus large, de l’espace dans laquelle elle s’inscrit et habite. Nul hasard si Adalberto Mecarelli choisit si souvent dans son expression artistique, les espaces patrimoniaux. Ces lieux sont tout naturellement porteurs d’une forte charge esthétique qui nourrit à la fois le réel et l’imaginaire.

- son site -